Et puis, Paulette… de Barbara CONSTANTINE





Et puis, Paulette
Barbara CONSTANTINE
Editions Le livre de poche
Roman contemporain
272 pages
6,60 €



En résumé

Ferdinand vit seul dans sa ferme. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas... Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...


Mon avis 

Une belle histoire à taille humaine : entre-aide et solidarité inter-génération, amitié, partage, famille (celle qu’on a de naissance et celle, bien plus importante encore, qu’on se choisi), seconde chance… Ce sont là les valeurs mises en avant par l’auteur, en subtilité, sans donner de leçon de morale à qui que ce soit, sans plainte ni reproche.

On suit Ferdinand, un grand-père solitaire, regrettant les choses qu’il n’a pas faites par la passé, ses choses qu’on aurait voulut faire autrement, celles que l’on n’aurait pas dû faire et celles qu’on aurait du faire. Ferdinand a donc essayé de compenser cela par le biais de ses petits-enfants qu’il aime tendrement, mais leur déménagement l’a une fois de plus laissé seul, en suspend. Sa vie ne tourne autour que des rares moments qu’il peut passer en leur compagnie.

Mais la vie a décidé de le sortir de sa torpeur, et qu’il était temps de penser à lui ! Au gré des rencontres et des circonstances de la vie, Ferdinand va se retrouver à la tête d’une communauté assez atypique qui va mouvementer son quotidien et le lui rendre plus lumineux.
Au-delà d’une simple communauté intergénérationnelle, c’est une véritable histoire d’amitié qui se créer entre les personnages. C’est la naissance d’une famille, celle qu’on se choisit, à la complicité et à la tendresse folle.

Bien sûr, ce livre est plein de clichés et de bons sentiments. La vie parait idéale et l’on voudrait se laisser porter par cette douceur, ce « là où il faut bon vivre ». Mais les personnages sont attachants, attendrissants. J’en suis venue à ma dire que j’aimerai bien vivre au sein d’une telle communauté.

J’aime la douceur d’écriture de Barbara Constantine, malgré un coté assez décousu. C’est le charme de la simplicité à l’état brut.

Je recommande ce livre à ceux qui sauront faire abstraction des incohérences et d’une écriture assez simpliste. Parfois, il est juste agréable de lire un livre sans juger la forme, et de simplement se laisser porter par la petite histoire que nous conte à l’oreille l’auteur.

Laissez-vous porter par l’histoire, tout simplement… et puis, Paulette…


Lily


Bonne lecture


Commentaires

  1. Très belle chronique.
    Je suis entièrement de ton avis.
    On peut croire que le monde est facile dans ce livre alors qu'en fait pas du tout. Le style de cette auteure est doux mais rythmé.
    Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés